Bienvenue dans l'académie spirit cross, un monde fantastique
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hatsu Anzu suite (histoire: "La mort de Meya")

Aller en bas 
AuteurMessage
Hatsu Anzu
élève
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 12/05/2009
Age : 25
pouvoirs : Influence les émotions de son entourage grace a son deamon Kiba.

MessageSujet: Hatsu Anzu suite (histoire: "La mort de Meya")   Dim 24 Mai - 17:43

Meya:


(Hatsu n’aime pas trop parler d’elle c’est pour cette raison que c’est moi qui ait fait la présentation, mais ce sera également moi qui me chargerai de conter l’histoire de Meya, en effet Hatsu à encore du mal à en parler et si vous ne voulez pas qu’elle sanglote tout le long… Alors c’est moi qui m’y colle ! )

En effet la découverte de Kiba ne s’est pas très bien passée pour ainsi dire…
C’était le jour des 16 ans de Hatsu et Meya, et Kiba comme tous les autres en garde un très mauvais souvenir.

C’était il y à un an déjà…

Ayant toujours vécu à la campagne la famille de Hatsu avait décidé de fêter l’anniversaire de leurs jumelles, Hatsu et Meya, à l’extérieur en organisant une belle fête dans le petit bois à l’entrée du village près du torrent nommé « Le Naar ».
Le décors était magnifique et tout le monde s’amusait bien malgré la pluie qui commençait à tomber accompagnant le coucher de soleil magnifique qui annonçait la fin de cette journée.

Le temps commençait à se rafraîchir, l’été n’était pas encore là mais les jeunes filles, heureuses, ne se souciait guère des simagrées de mère nature.

On m’avait offert une jolie bague sertie d’une pierre bleu et Meya un élégant collier avec un pendentif d’argent en forme de dragon.


Le printemps faisait déjà sentir son arrivée par la verdure environnante mais aussi par la fonte des neiges montagneuses qui rendait le torrent dangereux en renforçant sont courant.

Satisfaite de leur journée les jumelles décidèrent de faire une petite promenade, la pluie n’était que très légère et quelques gouttes d’eau n’allaient pas entamer leur bonne humeur après tout !

Bravant l’interdiction de sa mère Hatsu avait entrainée sa sœur avec elle près du torrent pour admirer le coucher du soleil sur la rivière (Un spectacle magnifique) afin de clore la journée en beauté.

Une fois le soleil noyé dans l’eau vive, les sœurs s’apprêtaient toutes deux faire demi-tour et rejoindre les autres quand Hatsu se rendit compte qu’elle avait perdu sa bague. Le cadeau que venait de lui faire sa mère ! Elle allait être fâchée si Hatsu lui disait qu’elle l’avait déjà perdu !
Déçu d’avoir perdu son si joli cadeau elle commença à le chercher.

« Passe devant Meya, j’arrive » dit Hatsu

Sa sœur commençait donc à partir et rejoindre ses parents afin d’inventer un petit mensonge et cacher le fait qu’elles soient quand même allée près du torrent malgré « le fait que ce soit dangereux » et le fidèle « il vaut mieux prévenir que guérir » que sa mère ne cessait de répéter à longueurs d’années.

Si seulement je l’avait écoutée… tout aurait été différent.


Il était vrai que ses parents commençait déjà à s’inquiéter,
« Mais ou sont-elles passée encore ? » disait sa mère
« Ha, laisse les tranquilles va, elles ne sont pas bien loin. »
« Mais, Thomas va bientôt partir, va les chercher il faut qu’elle le remercie et qu’elles lui dise au revoir. »
« D’accord, d’accord j’y vais… »
« Merci »

Et s’il n’était pas venu ? Serait-je encore en vie ?


Le ciel commençait déjà à s’assombrir ce qui ne rassuraient personnes...
Mais Hatsu n’avait toujours pas retrouvé son bien. Elle s’apprêtait a abandonner quand…
Elle leva la tête.

C’est à ce moment là que je l’ai vu pour la première fois. Je ne savais même pas ce que tu étais Kiba.


Oui, cette petite lumière verte à quelques pas devant elle, était bel et bien Kiba. Il était juste à côté de cette vieille passerelle qui enjambait le torrent.

Elle tendit la main pour l’attraper, mais la lumière, comme effrayée, recula de quelques pas. Aventureuse elle avança dans sa direction.
La pluie douce commençait à se faire forte mais Hatsu était déjà au milieu de la vieille passerelle quand elle le remarqua.

Intrigué Hatsu observait la lumière s’interrogeant sur son apparition.

Pendant ce temps Meya commençait à se faire du soucis, elle trouvait sa sœur bien longue et retourna la voir pour l’aider à chercher son bijou, elle était surement triste après tout.

Hatsu entendit la chose lumineuse murmurer quelque chose d’incompréhensible: la rivière ou plutôt le torrent faisait trop de bruit elle se retourna pour voir sa sœur hésitante de l’autre côté du pont : apparemment elle lui indiquait de revenir.

La voix de Meya était assourdie par la distance et seul un vague écho n’acquis l’oreille d’Hatsu .

« Meya vient voir! y’a une luciole qui fait un truc bizarre ! » cria Hatsu
« Je ne suis pas une luciole ! je suis un deamon ! et je m’appelle Kiba bon sang! » dit la « luciole » d’une voix qui se voulait ferme.
« Meya ! vient voir la luciole parle ! » cria Hatsu qui était dorénavant trempée comme une soupe.
« Mais tu vas m’écouter oui ou non ? ! ! » hurla la lueur verte

Meya hésitait à rejoindre sa sœur, ce pont n’avait rien de solide et le bois était vermoulu. Il manquait même quelques planches ! Et la pluie rendait le bois glissant…

« Fait pas ta chochotte Meya ! Allez, dépêche toi avant qu’elle ne parte! »

Quelle imbécile j’étais…


Meya, n’avait rien d’une enfant intrépide vous savez, pourtant lorsqu’il s’agissait de suivre sa sœur elle ne pouvait refuser de peur de passer encore une fois pour une « poule mouillée » comme se plaisait à l’appeler Hatsu .
Il pleuvait maintenant des trombes d’eau.

Hatsu savait qu’elle n’avait pas rêvée et intrigué commença à parler à la lumière :
« Mais qu’est ce que tu est au juste ? Un monstre ? une fée ?»

C’est à ce moment là que se manifesta le pouvoir de Kiba pour la première fois, c’était un nouveau né, il avait beaucoup de mal a contrôler ses émotions et ses pouvoirs ce qui était normal…

Une vague de douleur atteint Hatsu qui tomba à genou dans un cri.

Un craquement sourd se fit entendre, la passerelle commençait à faiblir.

Quand Elle vit sa sœur à terre Meya se rua sur la passerelle aussi vite qu’elle le pu mais le bois mouillé lui fit perdre l’équilibre :
Elle s’étala de tout son long sur la passerelle et se brisa la cheville. Elle vociférait :

« Argh ! c’est bien ma veine aujourd’hui tient !»

Elle joint ses cris à ceux de sa sœur, ce qui alerta Logan, le père des jumelles.
Il était encore à la lisière du bois et arrivaient en courant mais la végétation le ralentissait autant que la pluie qui rendait le sol glissant.

Kiba lui ne cessait de s’excuser, il ne comprenait pas ce qui se passait ni comment il avait pu faire cela !

Meya, étalé sur la passerelle, se tenait la cheville en gémissant, elle leva la tête, aperçu la lumière qui parlait et commença à paniquer.
On ne peut que la comprendre, sa sœur hurlait de douleur, une « luciole » en face d’elle parlait, elle s’était brisée la cheville et la passerelle émettait des bruits plus qu’inquiétant !
Et la pluie battante n’arrangeait en rien la situation.

Et d’un coup tout changea, Kiba était arrivé à se maîtriser, il comprenait enfin comment faire ! Il essaya donc de faire le contraire du sort qu’il venait de lancer pour ramener les choses à la normale mais, confus il lança au contraire une vague de bonheur sur les deux jeunes filles.

Hatsu se releva et rejoint Meya qui ne cessait de rire ! elle se joint à elle et commença à tourner, sauter et danser en rond autour de Kiba en chantant et riant.

Kiba épouvanté continuait à hurler :
« Stop ! Arrêtez, arrêtez ! on va tomber ! »

Ce qui arriva…

Le père des jeunes filles étaient complètement impuissant sur la rive de la rivière, mais néanmoins il se jeta dans l’eau glacé à son tour.

L’effet hilarant du pouvoir de Kiba s’estompait et les jeunes filles comprenaient toutes deux à présent la gravité de la situation : Hatsu ne savait pas nager, Meya avait la cheville brisée et le courant les emportaient en direction des chutes d’eau ! Si Elle n’étaient pas noyée dans les rapides elles mourraient, empalées sur les rochers.

Elles peinaient toutes deux à garder la tête hors de l’eau et le courant puissant les éloignaient l’une de l’autre.
Logan nageait bien et rattrapa Hatsu pour la ramener sur la rive …

Hatsu hurlait « Meya ! Meya ! et Meya ? »

Le sort était cruel, Logan ne pouvait ramener qu’une seule personne à la fois et Hatsu était plus près de lui…
Meya quand à elle était plus loin, elle luttait contre le courrant malgré sa cheville brisée et criait :

« Papa ! Papa ! Aide moi ! Hatsu ! Au secours ! » hurlait t’elle

Meya agrippée à son père savait qu’elle ne pouvait rien faire il fallait attendre… attendre que son père la ramène sur la rive pour qu’il aille chercher Meya sans quoi, elle qui ne savait pas nager mourrait noyée.

Elle le savait pourtant elle ne cessait de crier « Va chercher Meya papa ! »

La rive se rapprochaient enfin. Logan y déposa Hatsu et retourna chercher sa sœur.
Hatsu essaya de se relever et ne retomba que plus durement au sol, au travers de ses paupière mi-clause elle n’eut que le temps d’apercevoir son père et sa sœur dans l’eau, la lueur verte qui tournait sans cesse autour d’elle articulant des mots incompréhensible, et quand son père revint, elle n’arriva a ne dire qu’un mot avant de sombrer dans l’inconscience: « Pardon ».

Elle se réveilla quelques heures plus tard. Le soleil se levait apportant quelques lueurs doré à sa chambre. Il ne pleuvait plus, les nuages s’étaient enfuis après avoir eu finis de verser leurs larmes.

Hatsu était à l’hôpital vêtue d’une blouse verte et allongée dans un lit blanc, la pièce embaumait l’antiseptique : typique des hôpitaux.
Kiba, lui essayait de se faire le plus petit possible, il restait dans un coin de la pièce caché, histoire de ne pas déranger. Et n'osait reparler a Hatsu. Il essaierait plus tard, quand tout sa se sera calmé...

Quand elle aperçu ses parents en pleurs au travers de la vitre de sa chambre, elle se demanda ou était Meya.
Elle se leva, marcha ou du moins essaya, elle voulait rejoindre ses parents. Elle arracha la seringue planté dans sa main qui la reliait à une poche rempli à moitié d’un liquide transparent.
Elle voulait être rassurée, elle avait eut très peur et voulait revoir sa sœur, elle les voyait déjà la scène.
Il lui dirait surement « Mais ne t’inquiète pas voyons, Meya va bien, C’est juste que tu nous a fait peur ! Ne refait plus jamais sa ! » Et la elle aurait droit à une belle leçon de morale. Du moins c’est ce qu’elle espérait mais la vérité était tout autres.
Après avoir péniblement parcouru quelques mètres, elle arrivait enfin au but : la porte de sa chambre. Elle donnait accès au couloir d’ou elle pouvait apercevoir un Médecin surement qui Parlait à ses parents.
Ce n’était plus l’énergie qui la faisait avancer mais la force de la volonté, ou plutôt du désespoir…
En un geste ultime elle attrapa la poignée.
Elle pouvait entendre quelques bribes de la conversation qu’avait le médecin avec ses parents :
« Toutes mes condoléances »
Elle entendit sa mère sangloter, elle si forte qui ne pleurait jamais !

« Toutes mes condoléances » Comment sa ? ne me dites pas que…. Meya ?
Elle ouvrit la porte, essaya de courir vers ses parents pour demander des explications.
Au travers du couloirs, juste devant ses parents et le médecin à la mine grave se situait, un lit.
Elle avait à peine remarqué le lit lors de son entrée dans le couloir mais ce qui attira son attention étaient les regards que tout le monde portait sur le lit et le médecin qui m’ayant aperçu recouvrait le malade d’un drap hâtivement .
« Maman ! qu’est-ce qui se passe ? ! ! »
Elle marchait périlleusement en direction de sa mère mais s’écroula par terre, entrainant avec elle le drap qui recouvrait le lit.
Les infirmières s’affolaient autour d’elle, tu aurais du rester dans ton lit, tu n’est pas en état de… Hatsu ne les écoutait pas, ces piailleries n’étaient pas importante ce qu’elle voulait savoir c’est :
« Où est Meya ? »
Les infirmière ne cessaient de parler essayant de la distraire du médecin qui essayait désespérément de cacher le corps nu de la personne alité, elle était assise sur son drap et lorsque les infirmières l’aidèrent à se relever, elle posa son regard sur elle, elle comptait s’excuser.
Mais elle ne l’aurait pas entendu, elle ne la reconnu pas tout de suite, ce teint bleu fixé dans une mimique horrifiée, immobile, froide, le regard vide, morte…
Elle portait le collier en forme de dragon, aucun doute c’était bel et bien Meya.
« Meya ! »
Elle se débattait des infirmières qui lâchèrent prise.
Elle pris dans ses bras sa sœur.
« Meya ! Meya, allez, réveille toi, ma Meya, pardon allez, réveille toi ! »
Elle commença à pleurer :
« Meya, non, Meya tu n’as pas le droit de me faire sa ! Meya ! Meyaaa ! Nonnn ! »

Elle pleurait, regrettait, elle s’en voulait terriblement… Accroché à sa sœur, elle s’excusait, demandait pardon…
Les infirmière lui parlait, elle lui disait de se calmer, elle faisait « trop de bruit » , elle devait retourner se reposer dans sa chambre mais elle ne voulait pas la lâcher, elle voulait rester avec elle, elle se fichait de faire trop de vacarme !

Les infirmière jetait des regards désespérés au médecin qui dit enfin les paroles tant attendues :
« Administrez lui un calmant »

Quelqu’un lui attrapa le bras, elle sentit une piqure.
Tout s’embrumait autour d’elle, elle regarda ses parents :
Sa mère sanglotait dans les bras de son père. Lui le visage abattu pleurait en silence.
Elle sombra dans l’inconscience. Meya était morte.

Ce qui c’était passé près du Naar était simple : après avoir ramené Hatsu sur la rive, Logan, son père était retourné chercher Meya, le courant l’avait emmenée trop loin de lui, elle était déjà dans les rapides, balloté dans tous les sens elle peinait à garder le tête hors de l’eau.
Son père réussi néanmoins à la ramener sur la rive, près de sa sœur inconsciente. Malheureusement il était trop tard.

Malgré les efforts de Logan pour ramener sa fille à la vie, elle restait comme endormie, les ambulanciers arrivèrent trop tard. Elle dormait, pour toujours.

L’enterrement s’est passé quelques jours plus tard, Meya repose dorénavant dans le village ou elle est née.
Hatsu va la voir régulièrement, elle y dépose toujours un bouquet de fleur chaque weekend, quand elle rentre à la maison.


Dernière édition par Hatsu Anzu le Lun 25 Mai - 16:58, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eicha Niguirta
Directrice
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 01/05/2009
pouvoirs : Marionettiste, lire les pensées pour mieux les controler, métamorphe, énergie.

MessageSujet: Re: Hatsu Anzu suite (histoire: "La mort de Meya")   Dim 24 Mai - 21:31

Très très bien validé^^ tu peux poster maintenant^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hatsu Anzu suite (histoire: "La mort de Meya")
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Campagne Shadowrun 205X : "La Mort en Direct"
» 08. Histoire Triste
» [Intrigue V] "La mort vient du ciel"
» [Validée]gin ichimaru (terminé)
» Mon ami Joe [1624]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'academie Spirit Cross :: HRP / Regle :: Présentation-
Sauter vers: